The Pirouettes[FRA]

  • Musique
  • L'interview
Envie de créer un projet avec cet artiste ?
Contactez-nous
27.01.2014

Interview

par Pauline

« On était dans la même classe, assez rapidement je suis tombé amoureux de Vickie. »

C’est comme ça qu’a débuté The Pirouettes. « Pour la séduire, j’ai eu envie de lui écrire une chanson », poursuit Léo, serré aux côtés de Vickie autour de cette petite table d’un bar de Pigalle.

Vickie et Léo sont alors au lycée à Annecy. Ils répètent cette première chanson, « puis on est sortis ensemble, se rappelle Vickie. On a trouvé un nom de groupe, on a donné ce nom à la chanson, parce que c’est la chanson du début, celle qui a tout déclenché et on l’a joué au concert du lycée. » Aujourd’hui, Léo et Vickie habitent ensemble à Paris. Elle fait des études de photo-vidéo aux arts décoratifs, « C’est que ce j’aimerais faire avec la musique. », ajoute-t-elle, elle qui n’avait jamais fait de musique et adorait pourtant chanter. « Disons que j’en ai rêvé… », avoue-t-elle. « Et je te l’ai apporté, je t’ai apporté le rêve », rit Léo. Lui a presque toujours fait de la musique, à commencer par la batterie vers l’âge de neuf ans. Aujourd’hui, il a un autre groupe avec son frère, entre autre, Coming Soon et jongle avec celui qu’il forme avec sa copine.

Comment lui dire

À la Maroquinerie, où on est allés les voir en première partie de Pendentif, Vickie et Léo s’amusent sur scène, côte à côte, autour de leurs instruments. « C’est dur d’occuper l’espace d’autant qu’on est serrés sur scène, avoue pourtant Léo. Mais il paraît que ça nous rend mignon… » Il n’y a pas de doute, voir les deux jeunes musiciens se regarder amoureusement entre deux sets donne un côté spontané à leur performance. Même quand ils se trompent, ils s’excusent et sourient à la salle déjà accrochée à leurs rythmes pop endiablés.

Il faut dire qu’ils ont eu l’attention de la salle entière quand ils se sont mis à jouer leur reprise de France Gall et Michel Bergé, Comment lui dire. Cette même chanson qui leur a donné envie de se lancer sérieusement dans la musique quand ils se sont aperçus de l’engouement qu’elle suscitait sur internet.

Difficile de ne pas faire le parallèle avec ses deux couples, amants dans la vie, amis sur scène, Vickie & Léo, France Gall & Michel Berger. Les Pirouettes admirent ce que leurs mentors ont fait ensemble. Et Comment lui dire, une chanson qui leur a particulièrement plu. Léo se rappelle l’avoir entendu à une soirée et avoir tout de suite pensé, « Celle là, elle est pour nous ».

Avec ça, ils comptent aller loin. « Au bout du monde », comme dit Vickie. « On a l’intention de devenir des stars, on te le cache pas », ironise Léo. Il y a peu de raisons d’en attendre moins, quand on voit ce couple jouer sur scène leurs chansons électro aux sonorités pop, des sons d’une génération qu’ils n’ont pas connue mais qu’il fantasment : les années 80.

La vie à eux, la vie à deux

Aujourd’hui pourtant – les Pirouettes l’admettent, – les jeunes musiciens trouvent les possibilités de créer plus facile qu’il y a vingt ans. Ils citent La Femme, Le Vasco ou encore Fauve, des groupes qui montent et risquent de marquer leur génération, certainement plus que les groupes des années 2000 déjà oubliés.

De leurs côté, ce qui est essentiel c’est de parler de ce qu’ils connaissent : leur vie à eux. Ils n’ont pas vocation à créer un message engagé, mais préfèrent décrire leur univers : celui d’un jeune couple fraîchement installé qui n’a qu’en tête d’être amoureux, de faire la fête et l’amour. « Des trucs de jeunes, de notre génération », explique Vickie, oubliant toutes les autres générations passées par là…