Simon Kerola[SWE]

  • Photographie
  • La chronique
Envie de créer un projet avec cet artiste ?
Contactez-nous
10.12.2019

Chronique

par Juliette Mantelet

Aujourd’hui, on vous présente le photographe Simon Kerola, a.k.a Johnny Keethon sur les réseaux. Un double qu’il s’est inventé dans l’enfance pour combler sa solitude. Sa photographie oscille entre humain et nature, réconcilie les deux. Ultra esthétique et cinématographie ses portraits intriguent et fascinent. Partons en balade.

Promenons-nous dans les bois

Simon est originaire de Stockholm, et ce détail a son importance. Quand on pense à la Suède, on imagine tout de suite des forêts enneigées, de grands paysages déserts et sauvages. Et c’est exactement l’esthétique solitaire des images de Simon. Pour les réaliser, il emmène ses amis et ses proches dans de longues promenades et capture au feeling les lieux qui lui parlent. Loin de toute trace urbaine. Il puise dans son environnement à la recherche de la « bonne situation ». D’une atmosphère. Pour attraper « la possibilité de l’instant ». Seul le présent compte pour lui.

Mais face à ces endroits étranges et fascinants, dignes des plus grands films ou des meilleurs contes de notre enfance, impossible de ne pas cogiter. Bien sûr, on se demande ce que ces êtres font là, isolés et perdus, dans ces endroits abandonnés, souvent sombres et franchement angoissants. Figés ainsi. Pourquoi et comment se sont-ils fourvoyés là ? Grâce au talent de l’artiste, on développe tout un scénario imaginaire. Simon l’appelle le « what could’ve happened here » scénario. Histoire de meurtre dans des paysages enneigés à la Fargo ? Tragique romance façon Twilight ? Quelqu’un va venir s’attaquer à ce chalet perdu malgré le calme apparent, c’est sûr. « C’est trop calme » … « Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas… Si le loup y était, il nous mangerait ». Le mystère demeure et nous enchante.