Prod Antzoulis[ARE]

  • Photographie
  • La chronique
Envie de créer un projet avec cet artiste ?
Contactez-nous
22.04.2021

Chronique

par Julie Leminor

Prod Antzoulis, retour aux sources

Dans le cadre de notre dossier sur le voyage nous vous proposons une rencontre avec le photographe et directeur créatif dubaïote Prod Antzoulis dont l’imaginaire nous narre les récits de vie rêvées et de contrées lointaines.

hommes habillé en beige assis suur sa moto avec son fils devant un stand à emporter

Depuis quelques années, l’imaginaire oriental infuse l’Occident et les pages des plus grandes marques et publications internationales. De Gucci à Saint Laurent, de GQ à i-D, le photographe Prod Antzoulis fait partie de cette nouvelle génération de créatifs dont l’objectif n’a plus de frontières. Originaire de Chypre, Prod grandit dans la cité bouillonnante de Dubaï, partagé entre sa culture chypriote, très hybride et ancrées dans les mœurs arabes, et le confort futuriste qu’offre la capitale des Émirats Arabes Unis. « Dubaï m’a offert, à moi et à ma famille, l’opportunité de travailler, de poursuivre différentes passions et de grandir dans un environnement sûr. Chypre, en revanche, m’influence différemment, en étant entouré de nature et de situations réelles que vous ne vivriez pas dans une grande ville. Aujourd’hui, je me sens vraiment beaucoup plus proche de mes racines là-bas ».

capturer les particularités 

Pour Prod, la photographie est une véritable vocation. Au lycée déjà, il souhaite s’orienter vers le travail documentaire et se met à photographier tout ce qui l’entoure. « Je documente des moments intimes entre amis, dans des décors bruts, pour capturer les particularités de la culture de la rue, les différents personnages que vous rencontrez ou même des objets aléatoires que vous trouvez dispersés ». Très vite, le jeune photographe aux multiples influences s’éprend du voyage qui devient une source essentielle de créativité. Au fil de ses périples et après avoir étudié deux ans la photographie, il affine sa vision et son esthétique fermement ancrée au Moyen-Orient. Il capture ses modes de vie et sa culture de consommation tout en tentant de raconter son propre voyage, en cartographiant des points de référence qui lui permettent de déchiffrer son identité interculturelle.

petit garcon assis au milieu d'un marché pris en photo en noir et blanc

« En vieillissant, je vois vraiment beaucoup l’influence que Chypre et Dubaï ont sur mon travail. Visuellement, je suis naturellement attiré par les décors bruts et par des beautés méditerranéennes et orientales. Je ne travaille jamais avec des mannequins, j’ai toujours photographié de vraies personnes qui font de vraies choses. C’est définitivement ma plus grande source d’inspiration, surtout lorsque le sujet que je photographie est suffisamment à l’aise pour partager son histoire avec moi ». La narration est donc une part cruciale du travail de Prod. À travers ses photographies, l’artiste poursuit le fil de son histoire, il noue les mots aux images et incite son spectateur à le lire à cœur ouvert.

Dans ma famille, la mode a toujours été présente

Après Dubaï, Prod fait une halte à Londres. Il découvre la vie trépidante de la capitale british où il aiguise son œil de modeux. « Dans ma famille, la mode a toujours été présente, ma mère étant une grande collectionneuse de mode, mais je n’avais jamais vraiment pu approfondir ce thème jusqu’à ma dernière année à Londres où j’ai été chargé de photographier un projet final pour un omanais diplômé de l’école Central Saint Martins en 2015. C’était la première fois que je réalisais un lookbook pour un client et je me suis vraiment pris au jeu. J’ai vraiment apprécié l’énergie sur le plateau et surtout l’aspect narratif qui s’est révélé en combinant différents éléments de mode, d’espace et la vision du créateur ». Depuis, le photographe a collaboré avec de nombreuses marques prestigieuses à l’instar du Gucci d’Alessandro Michele qu’il admire particulièrement, mais aussi Saint Laurent, Red Valentino, Okhtein ou Amina Muaddi. « Je ne dirais pas que la mode est le thème le plus important de mon travail aujourd’hui, mais c’est certainement ce qui a le plus évolué dans ma carrière ».

Depuis son retour au Moyen-Orient, Prod a shooté pour de nombreuses publications internationales comme Vogue Italia, GQ, Schon! ou Oyster Magazine, ainsi que pour des publications régionales à l’instar de Vogue Arabia, CNN Arabic ou GQ Middle East. Transcripteur de la poésie du réel, et doué d’un véritable regard d’esthète, le photographe continue de révéler les excentricités et les particularités des lieux et des personnes qu’il rencontre au gré des ses projets et pérégrinations. Alors que Dubaï est en pleine mutation ces dernières années, en pleine ébullition créative, Prod confie être heureux de la nouvelle attraction de la ville et de sa métamorphose. « La vie d’un créateur à Dubaï peut être assez amusante, vous avez beaucoup d’éléments différents qui soutiennent l’industrie, que ce soit son art, sa mode ou sa musique. Dubaï a certainement beaucoup à offrir, je vois de plus en plus à quel point les gens sont ouverts d’esprit à l’idée de déménager ici pour travailler ou simplement pour voyager et découvrir des parties de la culture qu’ils n’ont jamais vues auparavant ».

se sentir rappelé aux différentes réalités

Si cette année, le monde a soudain été plongé dans le marasme du Covid-19, Prod et les Dubaïotes ont pu poursuivre le fil de leur vie – d’avant – sans trop de changements, ni de restrictions. « Ici, les gens sont libres de voyager et honnêtement, ce n’était pas si facile à comprendre au début. C’était vraiment étrange de voir à quel point il y avait du mouvement. Mais je dirais que voyager avant la pandémie était la chose la plus importante de ma vie. Voyager, chercher l’inspiration et toujours revenir avec ce nouvel esprit libre ». Aujourd’hui, Prod est donc prêt à reprendre la route pour de nouvelles contrées ou simplement pour revenir sur les pas de son enfance. « Récemment, j’ai découvert qu’il ne s’agissait pas tant de découvrir de nouveaux horizons que de retourner dans des lieux familiers et de se souvenir de l’énergie que vous avez ressentie à certains moments de votre vie. Je dirais qu’il s’agit davantage de se sentir rappelé aux différentes réalités que nous avons vécues avant la pandémie et d’apprendre à vivre dans l’instant présent ». Se rappeler à notre vie d’avant, tout en continuant de vivre pleinement l’instant présent, ce sera certainement notre nouvelle maxime ces prochains temps.groupe d'homme assis devant un petit commerce

photographie d'un bus bondé rose doublé par un homme habillé de bleu sur un scooter3 hommes avec des cannes en train de pêcher en bord de merphotographie en noir et blanc d'un homme avec son dromadaire au milieu du desertportrait d'un homme agé habillé de blanc posant devant un escalier de fer3 femmes voilées photographiées de dos devant une grillephotographie en noir et blanc d'un petit garçon tenant 2 bouquets de fleurs