L’Art de la table[FRA]

  • Dossier
  • La chronique
Envie de créer un projet avec cet artiste ?
Contactez-nous
04.10.2021

Chronique

par Julie Le Minor

L’art de bien manger.

N’en déplaise aux critiques, il est un art que nul ne peut ignorer.

Un art aussi vieux que le monde.

Convivial, généreux, opulent, orgiaque, transgressif… Ses qualificatifs ne manquent pas.
Ni même ses idoles.

Source de contemplation, de plaisir, de rupture et d’excès, il se vit en solitaire ou en société.
Sobre ou ivre. Heureux ou désespéré.

Il inspira la Cène à Léonard De Vinci, Festen à Thomas Vinterberg, La Grande Bouffe à Marco Ferreri.

Vous l’aurez compris, en octobre sur Tafmag, on s’intéresse à l’art de la table.

L’art de la bouffe, la graille, la ripaille. L’heure du repas, du souper, du banquet.
Le royaume des soupière et des légumiers, de Bernardaud, Christofle et Baccarat.

En octobre, on met les petits plats dans les grands.
On casse la croûte. On se délecte dans un tourbillon de sens et de mets.

De Montparnasse à Montmartre, de La Rotonde au Bouillon Chartier,
on passe de table en table, de quartier en quartier.

On se délecte des macarons de Marie-Antoinette, on signe Picasso pour payer l’addition.
On rencontre l’amour à table, puis l’amant. On dîne à midi. On déjeune à minuit.
On s’enivre. On s’oublie. On jouit.

On commande des œufs mimosa, on déguste des pâtes carbonara.
On boit du vin, des bulles. On fabule.

Car depuis toujours, le repas est propice aux rencontres, aux images et aux représentations.
Aux natures mortes ou aux tableaux vivants.

En octobre sur Tafmag, on passe à table avec la photographe Vanessa Beecroft.
On mange une fondue avec Les Bronzés font du Ski.
On squatte une orgie avec Pasolini.

« La bonne cuisine, c’est le souvenir », disait Georges Simenon. C’est la Madeleine de Proust.

La nourriture, c’est l’immanence et le transcendant. La rencontre du corps et de l’esprit.
Du singulier et de la société.

La bouffe, c’est l’idée du temps, du périssable. Le cycle de la vie.
Un éternel recommencement.

Car s’il est un art que l’on est condamné à adorer, c’est bien l’art de la table.
L’art de bien manger.

Crédit photo : Vanessa Beecroft