Juliette Seydoux[FRA]

  • Arts
  • L'interview

Passionnée de littérature, Juliette Seydoux a d’abord suivi des études de lettres avant de déménager à New York où elle a étudié les beaux-arts à l’école Parsons. Depuis, ses deux passions se rencontrent sur papier, grâce à un stylo noir pointe calibrée 0.05mm.

Envie de créer un projet avec cet artiste ?
Contactez-nous
26.08.2015

Interview

par Julie Maury

Les dessins organiques de Juliette Seydoux, illustratrice de 26 ans, sont d’une précision implacable, à la limite du macabre et proches du surréalisme. Son dessin, « Mouche-Ville » est a retrouvé sur notre e-shop.

« Nous ne sommes que des formes »

Fascinée par le détail, les animaux sont pour elle un terrain de jeu technique et poétique. « J’aime particulièrement les insectes, confesse Juliette. Ils sont graphiques. Le fait de les dessiner leur ôte tout caractère dégoûtant. » Cet attrait pour les animaux vient des Fables de La Fontaine. Egalement fortement inspirée par le dessinateur Fred Deux, Juliette Seydoux a un sérieux penchant pour l’anthropomorphisme et un goût prononcé pour l’anatomie. « Nous ne sommes que des formes. « Le monde du dedans« , celui qu’on ne voit pas, m’intéresse. » Les dessins de Juliette Seydoux sont viscéraux.

En témoigne son dessin Prométhée-moi. « Il s’agit d’une représentation de l’artiste. Ici, le mythe de Prométhée est inversé. La femme, l’artiste donc, tous organes dehors, ne subit pas. Elle offre tout ce qu’elle a à montrer, quémandant presque au vautour tranquillement installé de s’y intéresser. Elle est forte et vulnérable à la fois. »

Dessin & taxidermie

Rentrée en France en 2013, Juliette Seydoux a illustré l’année suivante, l’expo animalière Trophies, à la galerie Chenel : Le sculpteur anglais James Webster y a exposé six crânes d’animaux en porcelaine de Limoges. De taille réelle, chaque os a été individuellement sculpté. Qui d’autre pour illustrer un tel travail de précision ? Juliette Seydoux a dessiné les crânes d’une manière rigoureusement modeste ; expressifs et presque humains, certains y verront des vanités.

Son travail n’a pas échappé à la plus culte des maison de taxidermie de Paris : Juliette exposera chez Deyrolle en octobre 2015. « L’expo tournera autour du rhinocéros », révèle-t-elle. L’artiste réalisera une fresque.

Pour la première collection de t-shirts et sweats Tafmag, Juliette Seydoux a réalisé Mouche-Ville. « J’ai croisé une mouche sur un vol Paris-Los Angeles. J’ai trouvé cocasse le fait qu’elle atterrisse dans une ville à l’autre bout du monde. Ville qu’elle n’aurait jamais pu « visiter » si elle ne s’était pas retrouvée dans l’avion. »

Juliette-Seydoux-TAFMAG-dessin-eshop-illustration-5

Juliette-Seydoux-TAFMAG-dessin-eshop-illustration-2

Juliette-Seydoux-TAFMAG-dessin-eshop-illustration