DOUBLE V GALLERY[FRA]

  • Peinture
  • L'interview
Envie de créer un projet avec cet artiste ?
Contactez-nous
20.09.2021

Interview

par Julie Le Minor

Le Marseille de Nicolas Veidig-Favarel

Pour cette nouvelle incursion marseillaise, Tafmag s’est entretenu avec le galeriste éclairé Nicolas Veidig-Favarel à la tête de la Double V Gallery.

Nicolas Veidig-Favarel fondateur de Double V Gallery en chemise bleu Ami au milieu de sa galerie à marseille

Inaugurée en 2016, dans un Marseille en pleine émulation créative et en plein essor culturel, la Double V Gallery est l’un des nouveaux lieux emblématiques du quartier des Antiquaires. Nicolas Veidig-Favarel, son fondateur, a souhaité en faire un espace fédérateur et engagé afin de faire rayonner la ville à la lumière de la création contemporaine. Véritable carrefour de talents et d’idées, la Double V Gallery se veut un espace ouvert et inclusif où se croisent jeunes artistes et créateurs confirmés.

Pour commencer, pourquoi avoir voulu ouvrir une Galerie d’Art Contemporain dans le quartier des antiquaires à Marseille ?

Je suis très attaché à ma ville. J’ai naturellement voulu contribuer à sa dynamique culturelle en ouvrant la galerie juste après mes études fin 2016. Elle se situe dans l’immeuble qui a vu naître Edmond Rostand. Le quartier des antiquaires est l’environnement idéal avec ses boutiques signatures qui résistent aux grandes enseignes. Chaque marchand y défend sa passion : l’art, le mobilier design, l’antiquité, le luminaire, la mode…

Quel est le concept de Double V Gallery ?

Une galerie prospective qui défend une nouvelle génération d’artistes français et internationaux. Nous cherchons une forme d’équilibre entre la démarche conceptuelle ou poétique de l’artiste et la beauté, l’attraction que dégagent ses œuvres.

L’art contemporain a toujours été très centralisé à Paris, comment parvenir à attirer le regard du public, des collectionneurs et des professionnels vers Marseille ?

Les publics sont déjà attirés par Marseille chaque année le dernier week-end du mois d’août. Il faut maintenant faire du printemps de l’art contemporain en mai un rendez-vous plus attrayant (Organisé par le réseau Provence Art Contemporain, ndlr). De notre côté nous continuons d’être force de proposition tout au long de l’année. Nous cherchons aussi les bons moyens de communiquer et participons à des expositions hors les murs ainsi que des foires en France et à l’étranger.

La ville est en plein essor artistique et culturel, comment décrirais-tu la place de Marseille sur la scène française et internationale aujourd’hui ?

Marseille est un magnifique creuset de création. Elle attire toute une nouvelle génération d’artistes et professionnels de l’art qui se réunissent en collectifs, ateliers, artists run spaces qui électrisent la ville. En témoigne l’installation récente d’Artagon et de Buropolis ainsi que l’action de Voiture 14, Sissi Club, Belsunce Project, Atelier Vé, Atelier Panthera, les 8 Pillards, Ateliers Jeanne Barret… De nouvelles galeries s’y installent et contribuent à la diffusion de ces artistes : la SCEP, le cabinet d’Ulysse, Kokanas, Emmanuel Hervé, Nendo

Comment imagines-tu Marseille dans 5 ou 10 ans ?

J’espère qu’elle va continuer de grandir pour devenir une Métropole Méditerranéenne de premier plan, tout en conservant ses valeurs et son insolence.

La galerie représente la nouvelle scène française et internationale, a-t-elle aussi vocation à promouvoir des artistes locaux ?

Oui, bien sûr. Plusieurs des artistes de la galerie sont issus du territoire comme Ugo Schiavi, Florent Groc, ou Arsène Welkin. Une autre artiste comme Manoela Medeiros est originaire de Rio et vient de s’installer à Marseille pour deux ans aux ateliers de la ville.

Es-tu intéressé par l’art méditerrannéen ?

Oui mais pas que.

Peut-on parler à proprement parler d’un art du Sud ?

Je ne suis pas sûr. Ça me semble étriqué comme conception. On pourrait juste dire que le contexte de notre cité permet aux artistes d’émerger plus librement et sans complexe par rapport à d’autres grandes places de l’art.

Qu’est-ce qui t’inspire à Marseille ?

« D’où que l’on vienne, on est chez soi à Marseille. Dans les rues, on croise des visages familiers, des odeurs familières. Marseille est familière. Dès le premier regard » Jean-Claude Izzo

Quels sont tes lieux culturels préférés à Marseille ?

Southway studio, la Friche de l’Escalette, la Fabrique – Collection Gensollen, le CIRVA, le musée Borély, le 33 Saint-Jacques…

Peux-tu me parler de la première participation de Double V Gallery à Art-O-Rama ?

Ayant réalisé ma mission de fin d’étude dans l’organisation d’Art-O-Rama 2016, c’était un vrai symbole pour moi que de participer au salon pour la première fois cette année. Cette rentrée de l’art était d’autant plus excitante qu’elle marquait le retour des foires après les annulations causées par le covid 19.

Quels sont les futurs projets de la Galerie pour cette année 2021-2022 ?

De nouveaux artistes invités à Marseille. De nouveaux solo shows dans notre espace parisien pour les artistes que nous défendons depuis nos débuts. De nouvelles participations à des foires internationales : nous visons Genève, México, Madrid, et Bruxelles en 2022…

Vue intérieur de la Double V Gallery à Marseille. Tableaux de Caroline Denervaud très colorésVue de l'intérieur de la Double V gallery à Marseille. Murs blancs Avec 2 oeuvres d'Alice Guittard