Cyrielle Gulacsy[FRA]

  • Peinture
  • La chronique
Envie de créer un projet avec cet artiste ?
Contactez-nous
09.02.2019

Chronique

par JULIETTE MANTELET

Entre pointillisme et métaphysique, Cyrielle Gulacsy fait voyager le spectateur à travers son monde coloré et poétique. Ses toiles sont des fenêtres ouvertes sur le ciel, le cosmos et l’univers, prétextes à la réflexion. Cyrielle est née à Paris où elle vit depuis toujours, et elle a déjà exposé sa série « Visible Light » à la Show Gallery de Los Angeles.

POINT COMMUN

L’art de Cyrielle s’inscrit profondément dans l’histoire de la peinture française. Toutes ses toiles, qu’elles soient en noir et blanc ou en couleurs, sont imaginées en suivant la technique du pointillisme. Ce mouvement du 19ème siècle resta célèbre pour ce procédé, consistant à appliquer de petits points de couleurs pour composer une toile. La toile se révélant ensuite en s’en éloignant légèrement. Si l’on regarde bien les œuvres de Cyrielle, on distingue en effet des milliers de points, comme les pixels des écrans qui, réunis, forment un tout coloré et éclatant. Ses petits points permettent à Cyrielle de réaliser des toiles aux infinies nuances de couleurs et de créer des dégradés beaucoup plus subtils et délicats. Elle se rapproche ainsi d’un artiste comme Paul Signac dont les paysages, par l’utilisation de ces points, se nappaient d’une grande douceur un peu cotonneuse. Dans sa série « Visible Light », Cyrielle réalise des monochromes dont les bleus intenses rappellent aussi évidemment ceux du maître du genre, Yves Klein, dont le bleu infini est si célèbre. Chez Cyrielle aussi le bleu irradie et agit en profondeur sur le mental.

CYRIELLE IN THE SKY

Cyrielle donne à ses œuvres une vraie dimension métaphysique. Ses points sont pour elle une manière de représenter le monde comme « une infinité de particules séparées par l’espace ». La peintre raconte avoir été bouleversée par la lecture du livre « Une brève histoire du temps » de Stephen Hawking et souhaite sans cesse dans son travail d’artiste interroger le rapport entre l’homme et le cosmos.

Dans la série que nous vous présentons « Visible Light », sa première série en couleurs, c’est le ciel qui est au cœur de ses toiles. Cyrielle dépeint de manière poétique la lumière du soleil qui décline dans le ciel au fil de la journée. Avec ses monochromes pointillistes, elle compose un panorama du ciel à toutes les heures du jour et de la nuit : levers de soleil flamboyants tirant vers le rouge ou l’orange, bleu nuit du crépuscule… Pour ses toiles, elle s’est inspirée des levers et couchers de soleil californiens qui l’ont marquée dès son premier voyage. Ses couleurs agissent sur l’esprit du spectateur contemplatif et très vite, on se sent tantôt apaisé face au bleu profond, tantôt réchauffé face à ce rouge brûlant… Les couleurs vibrantes irradient longtemps dans l’esprit même après avoir fermé les yeux, et l’on médite alors sur notre place dans cet univers si grandiose, capable de produire de telles couleurs. « On est bien peu de choses » et notre amie Cyrielle nous le rappelle par ses toiles magiques rappelant la beauté absolue du cosmos et sa toute puissance avec finalement très peu de choses, juste quelques points…