Charlotte Lapalus[FRA]

  • Photographie
  • La chronique
Envie de créer un projet avec cet artiste ?
Contactez-nous
19.11.2019

Chronique

par JULIETTE MANTELET

La peau, l’intime, la nature, le ciel… En images, Charlotte Lapalus rend un hommage doux et poétique à la vie sous toutes ces formes. De l’eau de la rivière, aux pétales des fleurs et aux cheveux de la femme. Dans sa nature, l’homme trouve sa place en douceur, sans heurt. Une célébration sincère de l’éphémère.

SINCéRITé retrouvée

Charlotte n’était pas du tout destinée à la photographie. Elle a étudié pendant 7 ans le droit puis a même exercé le métier de notaire assistante pendant 4 ans avant de changer de voie. Un matin, elle a posé sa démission pour revenir à « ce qui compte ». La photographie, « sa seconde vie ». Pari relevé.

Quand on lui demande les mots-clefs pour définir ses images, Charlotte répond : « chaleur, intimité, échappatoire, sensorialité ». On rajouterait contemplatif et lumineux. La femme et l’intime sont ses inspirations premières. L’artiste photographie les moments volés, les détails. Toujours guidée par la lumière. En post production, elle passe certaines de ses images en noir et blanc. Pour « véhiculer une autre histoire » et ajouter une touche de nostalgie. Qu’ils soient en noir et blanc ou en couleurs, par leur lumière tamisée ces clichés dégagent toujours un certain spleen poétique. D’un instant passé, d’une harmonie brisée entre homme et nature, de l’éphémère… Pourtant Charlotte assure être tout l’inverse dans la vraie vie. Et se décrit comme une bonne vivante. « J’aime aller de l’avant, relever des défis et surtout rire ». La mélancolie c’est sa part d’ombre, sa phase cachée.

Et même quand elle choisit la couleur, la douceur reste. « Sa chromi » comme elle dit, fait aussi partie de son langage visuel. Son assistant la surnomme « la chromi sous expo / bouillabaisse ». Une palette de couleurs chaudes et flamboyantes qui vient tout droit de Marseille et du Sud où elle est née. Des teintes vraies, naturelles et automnales, loin du bleu turquoise ultra saturé de l’été permanent imposé sur Instagram. Et ça tombe bien car le but de Charlotte est avant tout de « transmettre la sincérité », à une époque où elle est de plus en plus rare. La sincérité du gros plan, du corps à corps. Elle partage avec l’autre, tisse des liens. Ils lui donnent alors leur image, se livrent. En toute sincérité.

Charlotte expose en ce moment à Marseille, et jusqu’au 21 novembre, au MAMO pour les 20 ans de l’association « Autour de l’enfant« .