Angela Mckay[AUS]

  • Peinture
  • La chronique
Envie de créer un projet avec cet artiste ?
Contactez-nous
09.07.2018

Chronique

par Juliette Mantelet

Un lundi à la plage avec l’illustratrice Angela Mckay ! C’est l’évasion garantie grâce à ses aquarelles lumineuses, souvenirs de moments passés, immortalisant les paysages qu’elle a parcouru. Nature foisonnante, feuillages, bleu de la mer et baigneuses peuplent ses scènes tropicales, idéales pour le plaisir des yeux en manque de soleil et encore coincés derrière un ordi.

La grande évasion

Angela vient des côtes ensoleillées d’Australie, et elle a aussi vécu en Thaïlande, avant de s’installer dorénavant à Brooklyn, un cadre bien plus urbain. Et c’est peut-être justement parce que la mer lui manque qu’elle dessine sans cesse des scènes de bord de plages, des baigneuses et des paysages sauvages, idylliques et luxuriants, baignés d’insouciance.

Sur son compte Instagram, la jeune dessinatrice poste ses carnets de dessin où elle croque les ambiances qui l’inspirent et les paysages parcourus lors de ses voyages pour en conserver la trace peinte et surtout pouvoir s’y replonger à l’infini. On y suit avec joie son voyage graphique de la Martinique à Marrakech avec une étape en Italie et une escale au Portugal.

Angela n’utilise pas du tout le numérique pour dessiner et préfère l’aquarelle et les pinceaux. Et elle a bien raison ! Grâce à cette technique ses images se parent d’ombres et de textures fascinantes et ses variations de couleurs sont somptueuses. On plonge le regard dans les infinies nuances de bleu de ses étendues d’eau qui rappellent tout à fait les ciels de Monet et l’on est déjà ailleurs, loin des soucis.

« Mes œuvres sont un moyen de s’échapper de la réalité, une façon de sentir le soleil sur ma peau et d’entendre le son des cigales même juste une minute » décrit Angela. Ces illustrations dépaysent et donnent le sourire par leur atmosphère 100 % positive et très douce de vacances et de farniente. On a de cesse de se dire en les contemplant, « Je veux y être ». Courage… Les vacances c’est pour bientôt (pour Tafmag en tout cas) !